Accueil > CONSEIL DE LECTURE

CONSEIL DE LECTURE

< 1 - 2 - 3 >

L'ENVOL DU QATAR

 Livre

  • L'ENVOL DU QATAR, Regard d'un "chasseur" blanc au pays de l'or noir (1994 - 1997). Auteur : Général Yvon GOUTX. Préface de l'Amiral (2s) Alain BEREAU
  • Après 22 ans passés principalement comme pilote de chasse (« chasseur ») dans les unités de combat de l’Armée de l’Air, Yvon Goutx est affecté en état-major pour le dernier tiers d’une carrière de 33 ans au service de notre pays.

    De ces onze années, il nous livre les trois qu’il a vécues au Qatar comme attaché de Défense à l’époque où ce petit émirat grand comme la Corse a commencé à se faire connaître, sous le règne de Cheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, qui a renversé son père onze mois après l’arrivée en poste d’Yvon, en juin 1995 .

    Il nous fait partager les trois missions que la République confie à ses attachés militaires dans le monde, représentant des autorités des armées françaises dans le pays d’accréditation, officier de renseignement et promoteur de l’armement national.

    Les évènements qu’il a vécus pendant ces trois années et notamment à partir du coup d’État, ont bouleversé la donne et l’ont même entraîné dans un volet de sa mission pour lequel il n’était pas préparé, la Politique avec un grand « P ». « Agent secret », « marchand d’armes » ou « homme politique », Yvon Goutx nous entraîne dans un coin de la péninsule arabe où 40% de l’ « or noir » et du gaz naturel mondial sont extraits des entrailles de la terre.

    Ouvrage Broché - 408 pages - format 15,7 x 22,7 cm
    ISBN N° 978 2 7025 1579 2 - Prix public en librairie : 29,00 €
    Egalement disponible sur le site Lavauzelle : http://www.lavauzelle.com

Détail

TERRE D'AFRIQUE

Les Saint-Cyriens de la promotion « Terre d’Afrique » (1957-1959) témoignent pour l’Histoire

Martine CUTTIER
Ouvrage réalisé en partenariat avec la promotion « Terre d’Afrique » de Saint-Cyr.

Résumé
TERRE D'AFRIQUELe temps est venu de replacer l’histoire de cette promotion de 490 officiers, l’une des dernières composée de deux bataillons et appartenant à la quatrième génération du feu, dans le grand mécano de l’histoire de l’armée de terre. L’essentiel de leur carrière, en métropole, outre-mer ou à l’étranger, s’est déroulée dans le cadre de la guerre froide, des dernières années de l’Algérie française qui marquèrent la fin d’un monde, aux premières années de la décennie 2000, alors qu’un monde nouveau se dessine.

Qui sont-ils ? Quelle est leur origine géographique et sociale ? Pourquoi ontils choisi le rude chemin du métier des armes, au bout duquel pointe l’acceptation du sacrifice de soi ? Comment s’est déroulée leur carrière ? Une fois l’heure de la retraite venue, comment se sont-ils fondus au sein de la société civile ? Voilà la trame de cet ouvrage, élaboré à partir des témoignages laissés par nombre d’entre eux et qui symbolisent la mémoire collective de la promotion.

 « Ce livre original est le produit d’un pari, celui d’une confrontation entre les souvenirs sincères et brulants de ces acteurs engagés et la trame historique d’une période de bouleversements géopolitiques, techniques et sociétaux.

L’historien s’en délectera, grâces soient rendues à Martine Cuttier. Le jeune officier se réjouira, lui, d’y retrouver l’exigeante litanie des valeurs immuables sur lesquelles se fonde l’éthique militaire, service, abnégation, discipline, honneur et patriotisme. Les Saint-Cyriens de toute génération, pour leur part, salueront la permanence, au-delà des modes et des circonstances, de cet esprit de camaraderie qui est le premier legs de nos années de Coëtquidan. » (Extrait de la préface du général d’armée Henri Bentégeat, ancien Chef d’État-Major des Armées)

l'auteur
Docteur en histoire contemporaine, Martine Cuttier enseigne les relations internationales à l’IEP de Toulouse et au sein du Groupe de recherche pour la sécurité et la gouvernance (GRSG) de l’université de Toulouse1-Capitole. Elle s’intéresse aux questions de défense et particulièrement aux politiques hégémoniques avec projection de forces.

Elle est l’auteur de nombreuses contributions, publications et ouvrages, comme Portrait du colonialisme triomphant : Louis Archinard (1850-1932) (éd. Lavauzelle, 2006), pour lequel elle a reçu le Prix Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

CENTRAFRIQUE - POURQUOI LA GUERRE

Ce livre a pour finalité de présenter les enjeux ethniques, religieux et miniers mais également le jeu des puissances au sein d’un pays enclavé, qui fut longtemps la cendrillon de l’Empire français. Cet ouvrage a été écrit en vingt-jours et vingt nuits afin de fournir aux officiers français projetés en Centrafrique, un document synthétique dans les plus brefs délais. A l’heure où la politique étrangère de la France renoue, avec intelligence, avec les pays francophones d’Afrique, il n’est pas vain de se rappeler que l’art français de la guerre tire ses principaux succès de ses qualités d’adaptation aux cultures locales. Aussi importe-t-il de les appréhender de façon clairvoyante. Ce livre constitue le quatrième ouvrage collectif de SYNOPSIS, think-tank de la défense, fondé en 2013 à l’école Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Ses auteurs sont universitaires, officiers et cadres du secteur privé.

EXTRAIT de la 4e de couverture

CENTRAFRIQUELa guerre qui ravage actuellement la république centrafricaine est inséparable de la longue histoire de ce territoire frontière, faisant la transition entre le désert et la forêt équatoriale. Depuis des siècles, les populations du nord viennent, en effet chercher des intermédiaires commerciaux au sud et se livrent à des raids militaires à la recherche d’esclaves et de butin. C’est le cas du royaume de Ouaddaï, fondé au XVIIe siècle, qui étend son influence jusqu’au fleuve Chari. Avec la colonisation française, les différends sont partiellement gelés. Pourtant, l’Oubangui-Chari demeure un territoire instable, une grande partie de ses espaces restant incontrôlés par la France. Depuis l’indépendance, la Centrafrique a retrouvé son instabilité antérieure. Dans ces circonstances, parler d’État failli serait un contresens dans la mesure où celui-ci n’a jamais véritablement existé. Les affrontements ethniques et religieux contemporains ne font que révéler la fragilité d’une frontière désarmée, aux ressources naturelles recherchées, vulnérable à toutes les agressions.

Les Auteurs :

Cet ouvrage a été rédigé par Véronique Mézin-Bourgninaud, diplômée de l’École Supérieure de Commerce de Paris, et doctorante en histoire, Quentin Cornet et Franklin Déchelette-Viellard, éléves-officiers à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, Gregor Mathias, docteur en histoire et Pierre Thurau, économiste. Les travaux ont été dirigés par Thomas Flichy de La Neuville, professeur à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr.
Ouvrage broché – 112 pages – format 15.7x22.7 cm
ISBN N° 978 2 7025 1603 4 – Prix public en librairie : 12.80€
Également disponible sur le site Lavauzelle : www.lavauzelle.com

SOUS LE FEU

De M. Goya
COMMENT DES HOMMES ORDINAIRES PEUVENT FAIRE DES CHOSES EXTRAORDINAIRES

Soldat« Le combat n’est pas un phénomène NORMAL, c’est un événement extraordinaire et les individus qui y participent ne font pas de manières « moyenne ». La proximité de la mort et la peur qu’elle induit déforme les individus et leur comportement. La répartition des rôles y obéit à une loi de puissance où, entre l’écrasement et la sublimation, beaucoup font peu et peu font beaucoup.
Le baptême du feu, c’est le « dépucelage de l’honneur », selon le mot de Louis-Ferdinand Céline. Et c’est bien à l’expérience au combat, cette vie près de la mort, que nous confronte Michel Goya, et ce dans toute son ampleur – décider sous le feu, risquer sa vie, tuer, pourquoi et comment on combat.
Combattre, c’est évoluer pendant quelques minutes dans un monde étrange régi par ses propres lois. En sortir vivant, c’est se réveiller épuisé, brisé ou exalté, mais toujours transformé. Sous le feu est d’abord une description précise de la manière dont les hommes, individuellement et collectivement, se comportent au combat et par extension en situation de danger extrême. La dépense d’énergie que réclame à chaque pas la progression sous le feu, l’effort pour éviter le danger à tout instant tout en cherchant à accomplir sa mission mettent l’individu dans une tension extrême.
A l’appui de son expérience personnelle, de témoignages récents et de nombreux exemples historiques, l’auteur propose une analyse complète, originale et passionnante du comportement des hommes au combat.

En un mot, UN LIVRE HORS DU COMMUN

L’auteur : Le colonel Michel Goya dirige le bureau Recherche au Centre de doctrine d’emploi des forces de l’armée de terre. Officier des Troupes de Marine et docteurs en histoire, il a participé à plusieurs opérations (Afrique, Balkans), avant de servir comme analyste des conflits contemporains. Il est déjà l’auteur chez Tallandier de « La chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne (2004)

HISTOIRE D'UN PIEGE

TEMOIGNAGE DE LA RESCAPÉE FRANCAISE (mise en vente 9 janvier 2014)

Un an après la prise d'otages au retentissement international, le témoignage de la seule rescapée française du massacre et l'enquête du journaliste Walid Berrissoul

IN AMENASLe 16 janvier 2013, à 5h50 du matin, Murielle RAVEY, infirmière urgentiste de 45 ans, est réveillée en sursaut par une alarme au feu stridente, qui retentit sur le site gazier d’In Amenas, en plein milieu du Sahara algérien. Il ne s’agit pas d’un incendie, mais d’une attaque terroriste : cinq jours après l’opération Serval, déclenchée par la France de François Hollande pour chasser de leur sanctuaire du nord-Mali, les groupes djihadistes du Sahel ont choisi d’attaquer In Amenas, et ses dizaines d’expatriés.Murielle Ravey était la seule femme expatriée à travailler à In Amenas. Elle livre ici le récit des vingt-cinq heures qui ont suivi l’alerte.
A la suite de ce témoignage, le journaliste Walid Berrissoul propose une enquête détaillée sur ce qui s’est réellement passé à In Amenas, les nombreuses zones d’ombres et les origines de ce drame.
De façon très documentée, il tente de mettre en lumière la mort de Yann Desjeux (adjoint à la sécurité sur la base vie et seul français tué dans l’attaque)
Yann DESJEUX  (Un ancien du 1e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Bayonne à la retraite)

Walid BERRISSOU est né en 1985. Journaliste au service reportage d’Europe 1 depuis trois ans, il a débuté sa carrière à la rédaction quelques mois seulement avant les printemps arabes. Depuis, il s’intéresse en particulier à ses conséquences. Le 16 janvier 2013, il a découvert, depuis Paris, la prise d’otages de Tiguentourine.

Murielle RAVEY, née en 1966, a été infirmière anesthésiste urgentiste dans le service de santé des Armées à l’hôpital du Val-de-Grâce et Percy. En 1999, elle a participé en tant que militaire au conflit au Kosovo. Puis elle a travaillé dans différents pays africains pour des compagnies pétrolières et forestières. Elle assurait le poste de Medic sur le site gazier d’In Amenas (Tiguentourine) lorsque l’attaque terroriste sanglante a eu lieu du 16 au 18 janvier 2013.

Livre recommandé par Pascal ROSSINI

< 1 - 2 - 3 >

Haut de page

Propulsé par CakePHP | Création de site Internet