Accueil > S'ENGAGER AU 1°RPIMa

S'ENGAGER AU 1°RPIMa

1°Régiment de parachutistes d’Infanterie de Marine
Cellule recrutement du 1°RPIMa
Citadelle Général Bergé 64109 BP 12 Bayonne cedex
Tel : 05 59 50 53 98

RECRUTEMENT
Le 1er Régiment de parachutistes d’Infanterie de Marine stationné à Bayonne, recrute chaque année des E.V.A.T.
(Engagé Volontaire de l’Armée de Terre) pour le métier de combattant.
L’EVAT suit la formation SAS (Stick Action Spéciale) et intègre à l’issue un groupe de spécialistes employés dans des missions particulières.

S'ENGAGER AU 1°RPIMa

Les qualités requises pour le métier d’équipier SAS :

Esprit d’équipe                                           Excellente condition physique
Goût de l’effort et de la vie sur le terrain      Capacité de jugement et d’action
Envie d’action et grande disponibilité            Equilibre psychologique et stabilité émotionnelle
Rusticité et esprit d’initiative                        Ouverture d’esprit et grande discipline intellectuelle
Chaque année le 1er RPIMa recrute également pour les métiers de soutien : armurier, mécanicien, conducteur, informaticien.

CONDITIONS (pour les deux filières)
Avoir 17 ans et six mois et moins de 29 ans lors de la souscription du contrat. Avoir accompli la JDC. Jouir de ses droits civiques.

APTITUDES
Obtenir l’agrément FS lors des tests physiques et psychologiques du département évaluation information. Être apte médical.

PROCÉDURE
Contacter le CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées) de sa ville afin d’y établir un dossier de candidature.

CALENDRIER DES INCORPORATIONS
Chaque année, au mois de mars et de septembre, le régiment incorpore successivement 30 commandos SAS et 5 spécialistes soutien, soit au total 70 personnels par an.

SELECTION DES CANDIDATS
Pas de procédure particulière pour les spécialistes du soutien. Ceux-ci doivent avoir l’agrément technique unités spéciales soutien égal à E1 ou E2.

Les commandos par-contre sont sélectionnés de la manière suivante :
AGREMENT : ils doivent avoir l’agrément technique 1er RPIMa OPS égal à E1 ou E2. Pour prétendre à être recruté, un bon niveau sportif est exigé, soit un palier au luc léger et un minimum de 10 tractions.
PMP FS : Il est ensuite conseillé aux candidats d’effectuer la préparation militaire Forces Spéciales. La PMP FS se déroule sur 15 jours à Pau et se décompose en 2 phases ; une première semaine d’instruction militaire et une semaine consacrée au brevet parachutiste prémilitaire ; 3 périodes par an sont proposées pendant les vacances scolaires, en avril, juillet et octobre.

Les inscriptions sont faites par les CIRFA des intéressés auprès du CFT.

ENTRETIEN
Les candidats ayant l’agrément sont convoqués au DEI (Département Évaluation Information) pour y suivre une information et un entretien conduit par la cellule recrutement du 1er RPIMa. A l’issue, ceux ayant satisfaits aux entretiens seront proposés à la Sous-Direction Recrutement pour la commission qui validera leur demande d’engagement.

Une équipe de France 3 a rencontré le 1er Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine, lors d’un exercice d’entrainement.

Une équipe de France 3 a enquêté sur les militaires des Forces spéciales. Les journalistes ont suivi l’entraînement et la sélection des soldats du 1er Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine basé à Bayonne. Ces hommes sont formés aux situations extrêmes, leurs missions sont variées, mais ils interviennent surtout dans la lutte contre le terrorisme et la libération d’otages. Ces soldats sont en ce moment même engagés au Sahel, au Moyen-Orient notamment.

un reportage de près de 9 minutes… (cliquez sur le lien ci-contre)

« On ne s’arrête jamais »

Aujourd’hui, les Forces spéciales s’entraînent avec un scénario bien précis : des Français sont retenus en otage à l’étranger. Alors que des négociations sont en cours, elles vont très vite déraper. Les terroristes vont abattre plusieurs otages. Les militaires vont alors lancer l’assaut. Simulacre d’exécution, mannequins, hémoglobine…tout est fait pour rapprocher l’exercice de la réalité. « L’entrainement, on ne s’arrête jamais. On a différents lieux, différentes zones pour s’entraîner », rapporte le lieutenant-colonel Stan. Et pour cause, « le terrorisme c’est soit des prises d’otages, soit des tueries de masse, qui demandent une très grande réactivité », note le général Pierre Liot de Nortbécourt*.

Haut de page

Propulsé par CakePHP | Création de site Internet